Nos enfants peuvent-ils utiliser les médias sociaux en toute sécurité ?

On n’est plus à l’ère où élever ses enfants se limitait à leur surveillance à l’école, dans la cour ou dans le jardin. Un autre monde non maitrisé par les parents, en partie si ce n’est la totalité, s’est installé de nos jours : les réseaux sociaux. Tout est pourtant publié dans ce genre de plateforme aussi bien les simples échanges que les « histoires de grandes personnes » que nos enfants ne doivent pas encore consulter.

Y-a-t-il au moins un moyen d’épargner nos enfants de l’influence de Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux ? Découvrez avec Futur Digital les recommandations pour garder cette nouvelle génération en sécurité face à ce nouveau monde.

La situation

Les plateformes sociales sont devenues une « seconde vie » pour tout le monde aussi bien pour les enfants que les adultes. On est arrivé à une époque où tout se raconte sur facebook, Twitter ou les autres réseaux sociaux. Il est cependant difficile de cerner cet univers, sachant que même les adultes peuvent être influencés par tout ce qui se passe sur ces sites.

D’après les études, la majorité du temps de connexion est passée sur les plateformes sociales, d’autant plus que l’accessibilité à ces sites est devenue plus élargie avec les connexions mobiles. Nos enfants pourront ainsi s’adonner à cette « distraction » partout et à tout moment. De plus, l’âge ne constitue pas un obstacle, car bien que Facebook interdise les moins de 13 ans, Twitter supprimant les conditions d’âge, les mineurs peuvent se connecter et changer leur date de naissance.

Le fait est que même les employeurs s’informent sur les réseaux sociaux avant d’embaucher. Un petit post, même d’il y a 5 ou 10 ans pourrait compromettre l’avenir de nos enfants, à l’image de Paris Brown suite à son tweet à 14 ans qui l’a contraint à démissionner de son nouveau poste quelques années plus tard.

Comment faire ?

Il est clair que votre champ de responsabilité s’est agrandi avec l’avènement des réseaux sociaux, mais mettez-vous en tête que cela pourrait aussi jouer en votre faveur. Les écoles en l’occurrence sont bien placées pour accompagner les élèves dans cet univers. Oubliez l’âge, car vous savez désormais que ce n’est pas un obstacle, vous seul pourrez juger si votre enfant est assez responsable pour se connecter à ce genre de plateforme.

Montrez-leur l’exemple. Les initiatives doivent commencer par votre comportement dans les réseaux sociaux : qui sont vos amis, qu’est-ce que vous postez et avez-vous déjà supprimé les publications qui pourraient compromettre votre intégrité ? Souvenez-vous que votre enfant vous suit, il pourrait également voir les publications de vos contacts, et vous devez en faire autant.

Faites partie de ses contacts, vérifiez ses contacts, comment il se comporte, avec qui il discute, à quel moment de la journée, à quelles pages il est abonné, quitte à consulter l’historique si vous pouvez y accéder. Si vous remarquez quelque chose d’anormal, parlez-lui en évitant les tons coléreux. Oubliez l’interdiction, car cela ne fera qu’augmenter la tentation. L’idéal est de fixer des limites « à l’amiable », notamment les heures et temps de connexion, la fréquence, les pauses, etc.